Euronaval 2012 - Défense maritime et innovation : quelle place pour les PME ?

Organisé du 22 au 26 octobre 2012 au Parc des Expositions de Paris - Le Bourget, Euronaval est devenu le rendez-vous incontournable du secteur maritime de défense avec 370 exposants, près de
35 000 visiteurs et 85 délégations (+12% par rapport à 2010).
 

Des équipements innovants pour protéger les grands axes maritimes

 

Aujourd'hui, 90% des marchandises transitent par voie maritime, induisant de fait un accroissement des risques de piraterie et de terrorisme maritime. Aussi, afin de lutter et mieux contrôler ces infractions, les équipements intègrent de nouvelles fonctions les rendant de plus en plus polyvalents. La robotisation et l'emploi de drones marins font partie de ces innovations. Ainsi, la DGA exposait lors du Salon, les résultats du Programme d'Etudes Amont (PEA) D2AD visant la mise au point de drones à voilure tournante capables de décoller et d’apponter depuis un bâtiment à la mer.
Pour réaliser ces développements intégrant de l’électronique et du logiciel spécifique, de nombreuses PME-TPE sont mises à contribution et permettent ainsi un accès rapide aux technologies les plus innovantes. Pourtant, construire des partenariats avec ces sociétés de taille et de situation très variées pose pour les donneurs d’ordres des défis sur la continuité et la pérennité des solutions qu'ils intègrent.
 

 

Comment assurer la pérennité nécessaire de ces programmes avec tous les partenaires ?

 

Les donneurs d’ordres ont besoin de protéger et d’assurer la continuité de leurs investissements tout au long du cycle de vie du produit ou du marché, souvent pour des périodes de 10, 20 voire 40 ans !
Si la Défense est le secteur d’activité historiquement en pointe sur les mesures et bonnes pratiques pour assurer le Maintien en Condition Opérationnelle (MCO), le Soutien Logistique Intégré (SLI) sur des périodes aussi longues, elle a favorisé l’adoption de ces pratiques par l’ensemble de la filière.
Parmi les solutions permettant d’assurer la pérennité attendue, citons plus précisément pour les équipements et matériels électriques, électroniques ou encore les applicatifs logiciels, les pratiques de stockage de composants critiques ou de produits finis, de doubles sources, d’achat de brevets ou de la propriété industrielle ou encore le retrofit à mi-vie.
 

 

Une approche en plein développement, la mise sous continuité

 

En complément des approches listées, il existe une approche en plein développement, largement évoquée lors du dernier salon Euronaval : la mise sous séquestre ou mise sous continuité.
Cette solution permet au donneur d’ordre de faire déposer l’ensemble du dossier technique de son ou ses partenaires auprès d’un tiers de confiance spécialisé.
Cette approche basée sur une relation "gagnant-gagnant" apporte la garantie de continuité et de pérennité nécessaire au donneur d'ordre sur les durées évoquées et protège dans le même temps le la propriété ou le savoir-faire du fournisseur ou du partenaire. Le donneur d’ordres est assuré de disposer d’une solution pour assurer le MCO et le SLI tout au long  du cycle de vie des équipements et produits même si son fournisseur disparaît ou arrête la ligne de produit. Le fournisseur protège quant à lui la propriété intellectuelle et la propriété industrielle de son développement en réalisant un dépôt de sources ou du dossier industriel. Il répond de manière simple et concrète aux exigences de ses clients sur la continuité de ses produits ou équipements.

La volonté réelle de la DGA et plus largement des participants au salon Euronaval de travailler encore plus étroitement avec les TPE-PME innovantes, qui s’illustre notamment à travers les participations actives au sein du Pacte PME appelle à la mise en place des bonnes pratiques adaptées à cet objectif.
 

 

Pour aller plus loin :

Pérenniser ses équipements clés avec la Continuité Systèmes CONTINEW
Euronaval 2012
Euronaval 2012 - Etude Géopolitique Européenne et Atlantique

Partager ce billet

Découvrir en Vidéo